Coraline Muairon

Cheffe de Projet Comm Publique

 CORALINE EXPLORE LES INSTRUMENTS DE GESTION D’UNE COLLECTIVITÉ POUR DÉVOILER LA RICHESSE DE TOUT UN ÉCOSYSTÈME TERRITORIAL. ELLE AIME PARTIR À L’AVENTURE, EN PROSPECTION, POUR DÉNICHER ET RÉVÉLER DES PROPOSITIONS INNOVANTES. GRÂCE À SES TALENTS D’ARCHÉOLOGUE, ELLE SE LAISSE GUIDER PAR LE BESOIN D’ÊTRE ÉTONNÉE, POUR AMÉLIORER LA VISIBILITÉ ET LA NOTORIÉTÉ DU TERRITOIRE QU’ELLE CARTOGRAPHIE.

A part le thé, elle carbure à quoi ?

Une inextinguible soif d’apprendre à laquelle s’ajoute un appétit dévorant pour les études : voilà le moteur de Coraline.

C’est au cours de son rallye scolaire sur circuit qu’elle a décidé de se spécialiser dans la communication publique. Du reste, si on superpose toutes les étapes de sa vie d’étudiante, on arrive à bac + 7, et sans arrêt au stand !

Coraline tient le volant avec bienveillance et fait toujours preuve d’empathie lorsqu’elle accompagne la réalisation de projets d’intérêt général

Un petit chouchou ?

En réalité, Coraline a le béguin pour le marketing territorial au point d’en faire l’élément central d’un mémoire de fin d’étude.

Elle est portée par le désir de diffuser une culture, de soutenir une manière de vivre, et de donner envie aux gens de s’installer au cœur de la région qu’elle défend.

Et la contrée pour laquelle elle serait prête à monter une armée de communication, c’est la Bretagne, évidemment. Elle ne s’imagine pas vivre loin de la mer et de ses couleurs changeantes, passant d’un ondoyant turquoise à un bleu “glaz” profond.

Les copains du studio

De nature curieuse, Coraline est intriguée par les graphistes qui gravitent autour d’elle et donnent corps aux identités et aux marques. Elle admire leur savoir-faire et les compétences techniques qu’il leur faut maîtriser pour faire face à l’infinité des possibles avant la répétition générale.

Si un metteur en scène redistribuait les acteurs de l’agence Hippocampe, elle aurait adoré ajouter ce rôle à son répertoire.

Spectatrice avisée, elle s’émerveille de ces créations qui représentent le décor d’une scène de théâtre territorial.

Spectatrice et réalisatrice

Chez Hippocampe, Coraline est plutôt cérémonie des Trophées (du Développement Durable) que cérémonie des Oscars.

Pourtant, elle aime éperdument le cinéma, notamment le noir et blanc si caractéristique des années 30 et 40. Vous savez, les films d’une étrange beauté qui nous transportent au creux d’une parenthèse, hors du temps.

Elle aime aussi la photographie, toujours en noir et blanc, pour le côté raffiné et élégant proche de la perfection.

Profitez d’un entracte à ses côtés et vous remarquerez sur son téléphone une photographie de Vivien Leigh dans La Valse dans l’ombre. Un peu comme Coraline, l’actrice emblématique incarne tout à la fois force et délicatesse, et est capable de s’investir fabuleusement dans un projet.

Du 7e au 8e art

Sans quitter les écrans des yeux, Coraline saura vous convaincre que la vidéo est un média qu’il ne faut pas délaisser. Publicité sur le ton de l’humour ou court-métrage percutant, la vidéo permet aux institutions publiques de passer des messages en un temps record, en nous offrant des histoires dynamiques.

Selon elle, la diversité des talents est une source de richesse incroyable et l’un de ses petits secrets consiste à ne pas limiter ses sources d’inspiration au secteur public. Elle envisage alors les réseaux sociaux comme une épicerie de bonnes idées, mettant en exergue des personnalités passionnées, qui deviennent passionnantes.

Un message à vous faire passer ?

Si Coraline devait jeter une bouteille à la mer, elle glisserait à l’intérieur un message qui lui correspond, teinté de bienveillance, d’altruisme et d’ouverture d’esprit. Une sorte de message porte-bonheur qui aurait le pouvoir de rendre le destinataire plus heureux, même si ce n’est que l’espace d’un instant. Un petit je-ne-sais-quoi que l’on n’attend pas et qui réchauffe agréablement le cœur.

Voilà sans doute ce qui pousse Coraline à mettre sa patience et sa douceur à disposition d’une agence de communication à 360°.

 Portrait chinois, en 3 points :

  • Une chanson bonne humeur : Été 90 de Thérapie Taxi
  • Un mot : Comme elle n’a pas de mot préféré, pour nous c’est “douceur”
  • Un lieu à visiter à Brest : Les Capucins